2014 en musique

C’est une petite tradition, chaque année j’aime bien faire un tour d’horizon des sorties d’album. Nous sommes à un mois de franchir la porte de 2015 c’est donc pourquoi j’ai choisi dix albums qui ont été pour moi les dix albums inratables de 2014. Une année qui, je crois qu’on on peut le dire a été très riche en musique. Alors si vous êtes passés à côté c’est le moment de se rattraper.

© IAMJUSTEEN
© IAMJUSTEEN

Sebastien Tellier – L’aventura | 2014, c’était le grand retour de Sebastien Tellier avec un album aux couleurs du Brésil à l’occasion de la coupe du monde même si cela n’a pas vraiment porté chance aux français. Un nouvel opus qui s’écoute aussi bien sur la plage avec un cocktail que devant un feu de cheminée avec un chocolat chaud. C’est album c’est le soleil, l’amour et le sable chaud réunis en 10 titres. Ma chanson préférée de l’album : Ma Calypso 

Beck – Morning Phase | Six ans que l’on avait pas entendu l’américain. Bon il y a bien eu cette idée farfelue de publier un album rien qu’avec des partitions destiné aux musiciens aguerris. Il est loin le petit génie de la pop psychédélique, c’est un tout autre univers que nous fait découvrir Beck avec ce nouvel opus, Seule sa voix si singulière et reconnaissable entre mille nous prouve bien que c’est lui. Mais l’album n’en est pas pour autant moins bon. Un petit bijou que je te conseille d’écouter avant d’aller t’endormir. Ma chanson préférée de l’album : Blue Moon

The Horrors – Luminous | C’est déjà le quatrième album du groupe anglais qui depuis Skying se tourne plus vers l’univers psychédélique. Fini l’époque rock garage que l’on a pu entendre chez eux. C’est à double tranchant pour les fans, soit on adopte le changement soit on est dans la nostalgie des premiers album. Pour ma part je trouve que c’est un style qui leur va comme un gant. Ma chanson préférée de l’album : Sleepwalk

Alt-J -This Is All Yours | Très attendu cette année, le deuxième opus de Alt-J. Il faut dire que le premier avait eu un accueil plutôt positif de la part du public. This Is All Yours est né le 22 septembre dernier. Le quatuor n’est  plus qu’un trio après le départ du bassiste du bassiste Gwil Sainsbury mais cela n’affecte en rien leur musique et le groupe continue à nous faire rêver. Ma chanson préférée : Left Hand Free

Breton – War Room Stories  | Enregistré à Berlin le nouvel opus de Breton est complètement différent du précédent, beaucoup plus pop et plus dansant mais aussi accessible à un plus large public ce qui leur permet de se faire un nom. Je défie quiconque de ne pas danser une seule fois en écoutant cet album. A noté qu’une version deluxe de l’album est sortie aussi cette année. Ma chanson préférée de l’album : Titan

Brian Jonestown Massacre – Revelation | Quatorzième album pour ce groupe que l’on ne présente plus. Un leader beaucoup plus sage qu’auparavant et ça se ressent dans ses chansons. Anton Newcombe et ses compères nous livrent un magnifique opus. Ma chanson préférée : Vad Hände Med Dem ?

Die Antwoord – Donker Mag | Ils ne font pas dans la demi mesure, leur univers plait ou dégoûte. Je veux bien sur parler de Die Antwoord qui ont sorti cette année leur troisième album. Un mélange électro/hip-hop brillant, des clips qui ne laissent pas indifférent, Ninja & Yolandi proposent même au célèbre photographe Roger Ballen de collaborer sur leur vidéo I FINK U FREEKY. Les deux sud africains savent comment étonner leur fans. Ma chanson préférée de l’album : Ugly Boy

SBTRKT – Wonder Where We Land | SBTRKT, prononcer Subtract, nous a offert sont deuxième album cette année. Difficile de discerner l’homme qui se cache sous se masque et se pseudo, un peu comme sa musique, simple, sans superflue, mystérieuse et énigmatique Ma chanson préférée de l’album : Voices In My Head

Julian Casablancas & The Voidz – Tyranny | Malgré quelques concerts par ci par là, c’est sans les Strokes, que Julian Casablancas revient sur le devant de la scène après sa participation sur l’album des Daft Punk, c’est avec son groupe The Voidz qu’il sort Tyranny, un projet complètement différent qui donne un peu plus la patate que les deux derniers album des Strokes réunis. Ma chanson préféré de l’album : Where No Eagles Fly

Cheveu – Bum | Un peu de français maintenant si vous le voulez bien. Parce non le rock français n’est pas mort les amis, le quatrième album de Cheveu en est la preuve. Alors si avec cet opus tu ne t’imagines pas 15 ans en arrière avec ta guitare et tes potes dans ton garage à vouloir composer tes premières chansons, je ne sais vraiment pas ce qu’il te faut. Ma chanson préférée de l’album : Albinos

Quelle année mes amis, et comme à chaque fois, il y aurait encore pleins d’albums que j’aurais voulu ajouter dans cette liste. Je vous dis donc à l’année prochaine, qui sait ce que cette année 2015 nous réservera cette fois.

Quelques Questions à Maelstrom

J’ai profité de la sortie son EP, Adversarial Design la semaine prochaine pour poser quelques questions au DJ nantais Maelstrom qui a gentiment accepté de répondre.

© IAMJUSTEEN
© IAMJUSTEEN

Adversarial Design, on a l’impression d’une continuité dans cet EP. Quand tu composes est ce que tu as un concept de départ ou est ce que tes idées te viennent au fur et à mesure ?

Quand je travaille sur un EP, j’essaye de faire en sorte qu’on puisse l’écouter en entier, comme un mini-album, qu’il y ait une cohérence et une continuité entre les titres, c’est une des raisons pour lesquelles je passe beaucoup de temps sur les intros/outros, même si je sais qu’elles ne seront pas entendues dans le cadre de DJ sets. Pour ce maxi, l’idée de départ est partie de l’évolution des espèces, du fait qu’une forme de vie puisse évoluer et se transformer, faire partie d’un continuum. Je vois la création musicale de la même manière, à l’échelle de l’histoire de la musique comme dans le cadre d’un album ou d’un EP. On s’appuie sur le travail de ceux qui nous ont précédé tout en essayant d’emmener ce travail un peu plus loin, ou dans une nouvelle direction, chaque innovation est en fait souvent une évolution de quelque chose qui préexiste sous une forme différente. De la même manière, pour ce EP, chaque morceau s’appuie sur ceux qui l’entourent, et leur procure un environnement, ça fonctionne comme un écosystème. A chaque fois que je modifie un son dans un des morceaux, que je choisis d’en ajouter ou d’en retirer un de la tracklist, ça a des répercussions sur ma façon d’envisager les autres.

Est ce qu’on peut dire que cet EP marque un tournant dans ta carrière de DJ ?

C’est l’aboutissement du travail que j’ai commencé avec Zone en 2012, dans la mesure où j’ai l’impression d’avoir réussi à développer un son, une esthétique qui m’est propre au sein du label. C’est aussi sans doute la première fois que je termine un morceau techno au sens strict, et ça m’a ouvert des possibilités, des perspectives.

Tu as travaillé avec pas mal de labels (Dirty Bird, Zone, Bromance, Sound Pellegrino…) et fréquenté pas mal de clubs, raves et festivals. Qu’est ce que tu retiens de ces expériences ?

Toutes ces expériences viennent enrichir mon travail, je suis quelqu’un de curieux qui a tendance à s’ennuyer rapidement, il s’agit d’entretenir cette curiosité. J’ai envie de découvrir comment travaillent les autres, d’expérimenter. Le fait de travailler avec de nouveaux labels, de jouer dans des endroits aussi différents que le social club et une rave illégale en république tchèque, c’est ce qui me permet d’apporter quelque chose de personnel à cette musique, tout en m’évitant de me lasser ou de tourner en rond dans mon travail. D’ailleurs, ce n’est pas terminé, j’ai toujours envie de nouveaux horizons.

Ta collaboration avec Louisahhh!!! comment a t-elle démarrée ?

Avant d’arriver en France, elle venait de passer 6 mois à travailler sur des démos à LA qui n’avaient rien donné, et en en parlant avec Brodinski, il lui a suggéré de me rencontrer pour qu’on travaille ensemble. C’est une de ses nombreuses qualités, il a une très bonne lecture de ce genre de choses. Donc on a commencé à échanger par email avant son arrivée, à s’envoyer des démos, des boucles, des textes, et elle a débarqué chez moi le lendemain de son arrivée en France avec sa valise, alors qu’on ne s’était jamais vu avant. On a bouclé son premier disque pour Bromance en 5 jours, et c’était le début de notre collaboration. Malgré le fait qu’on vienne d’univers très différents, on se retrouve sur beaucoup de sujets, humainement et musicalement.

J’aime beaucoup ton travail chez Zone mais aussi les EP que tu as signé chez Expressillion et j’aimerais savoir quelles sont tes influences notamment en matière de glitch et d’IDM

J’ai écouté beaucoup de hardcore et de breakcore quand j’étais ado, et c’est par ce biais là que je suis arrivé à l’IDM et à l’electro anglaise. J’ai écouté beaucoup de Planet Mu, évidemment tout ce qui sortait de chez Warp et Rephlex : U-Ziq, Ceephax, Luke vibert, etc, mais aussi des choses plus obscures comme Delta Files ou Somatic Responses. Il y a aussi Venitian Snares qui m’a longtemps obsédé. Pour ce qui est d’Expressillon, j’ai un respect et une admiration immense pour 69DB et Cristal Distortion, qui font partie des fondateurs de Spiral Tribe. Ils ont un rapport à l’expérimentation et aux machines qui est unique, quelque chose qui s’approche du free jazz ou du bop, et qui passe aussi par une grande maîtrise technique. Je ne crois pas me souvenirs de lives techno qui m’aient plus marqués que les leurs. Aujourd’hui beaucoup de gens ont tendance à les considérer comme des artistes qui ne sont pertinents que dans le contexte de la « free-party », alors qu’ils ont eu une influence énorme sur mon travail et celui de beaucoup d’autres. Leur catalogue mériterait d’ailleurs d’être redécouvert : des disques comme « Base Support / Apocalyptic Heroes » sur Drop Bass, ou toute la série des Network 23, sont des références du genre en plus d’être des disques superbes et intemporels

Est ce que tu envisages de faire un album, as-tu d’autres projets pour plus tard ?

Pour l’instant je viens de terminer 4 nouveaux titres avec Louisahhh!!! qui verront le jour cet hiver ou en début d’année prochaine, sur différents supports. En ce moment je tourne beaucoup donc j’ai peu de temps à consacrer à mon studio, mais je fais du sound design, je travaille autour de nouvelles façons d’aborder ma musique, je verrais le moment venu quelle forme ça pourra prendre…

Merci à Maelstrom d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. A noter qu’il sera le 17 Octobre à Paris mais aussi le 31 Octobre à Brest et le 7 Novembre à Nantes. L’occasion pour vous de faire une idée de ce que cela vaut en live !

Xavier Dolan « J’aime filmer les explosions »

© Shayne Laverdiere
© Shayne Laverdiere

J’ai eu, ce mercredi 1er octobre, la chance d’assister à l’avant première de Mommy en compagnie du réalisateur Xavier Dolan et du comédien Antoine Olivier Pilon au Cinéma Comoedia, un lieu emblématique de Lyon qui fête 100 ans de cinéma cette année, bon anniversaire !

Contrairement à son précédent long métrage Tom à la Ferme où le jeune canadien s’était lancé dans un thriller plutôt sombre, Mommy est émouvant et très poétique malgré un scénario plutôt dur, Mommy nous a fait rire, nous a fait pleurer. Mommy est une leçon de vie, la douceur et la violence en même temps. Je pourrais continuer la liste de qualificatifs longtemps comme ça car je n’arrive pas à trouver le mot exact qui pourrait transcrire l’effet que produit le film quand on l’a vu.

Le réalisateur a confié au public lyonnais son envie de tourner ce film en format 1:1, qu’il nomme aussi format carré.

Depuis le début je savais que je voulais tourner en 1:1 parce que j’avais tourné le clip d’Indochine, College Boy en 1:1. C’est toujours un fantasme que j’ai eu. L’idée derrière l’utilisation de ce cadre dans Mommy c’était d’être près du cœur, près du personnage, près de l’humain.

On connait l’importance de la musique dans les films de Xavier Dolan, cette fois il a décidé de l’aborder autrement. Dans ce film il décide que ce sont les personnages qui sont maîtres de leur musique à l’aide de la compile que le personnage Steeve écoute tout au long du film.

Je me suis dit à chaque fois qu’on entendrait une chanson dans Mommy, à l’exception de Born To Die de Lana Del Rey jamais ça ne jouerait sur le film mais dans le film pour que l’on sente que les personnages sont en maîtrise de leur histoire. 

Le film aborde le problème de trouble du comportement chez le jeune Steve. 

J’aime les personnages très contrastés très intenses, moi ça me stimule plus en tant que créateur. Toutes les réalités sont intéressantes mais moi j’ai plus de facilité et de plaisir à aborder l’idée d’être plus intense. J’aime filmer les explosions.

Steve est un personnage fort, interprété par Antoine Olivier Pilon 

Je suis quelqu’un de plutôt hyperactif à la base. Pour la préparation je n’ai pas pris de cours pour être agressif. Xavier est capable d’incarner tous les personnages du film. Quand j’avais une question pour la scène il me la faisait en incarnant mon personnage.

Le film sort le 8 octobre 2014 et je vous encourage vivement à aller dans les salles obscures de votre ville pour le voir. Je vous laisse donc avec quelques photos que j’ai prises et je tenais à remercier toute l’équipe du Comoedia pour l’organisation de cette soirée.

PLAYLIST #16 Anton Newcombe (Brian Jonestown Massacre)

La playlist reprend du service, j’essaye comme je peux d’en avoir un maximum. Je ne suis plus très régulière et le quota de playlist que je me suis fixé (à savoir une playlist par semaine) n’est pas très respecté. J’espère néanmoins que cette rubrique vous plait. cette semaine c’est Anton Newcombe qui nous propose sa playlist. Est ce que j’ai vraiment besoin de présenter son groupe ? Les Brian Jonestown Massacre font partie intégrante de la culture rock des années 90 et continuent de l’être encore aujourd’hui. Voici donc les cinq chansons qu’il a choisi pour vous.

© Katy Lane
© Katy Lane

JONI MITCHELL – CALIFORNIA (BBC)

It should be obvious to anyone that loves music. Why i love this song ? It’s beautiful, i love this version and it points the way to how powerful live television could be on this planet if they would let it happen but then you don’t get this with lip-syncing to pre-recorded audio or sequenced dj jams…this is just a woman with real talent letting it rip.

SIMON & GARFUNKEL – RICHARD CORY (LIVE CANADIAN TV, 1996)

I guess i will carry on with the live tv show thing – here’s Simon And Garfunkel playing Richard  Cory. A song about workers, poor people wishing to have the wealth and power of these big bosses, these captains of corporations and wanting to be them…but it ends with the rich guy blowing his brains out. Great song

NINA SIMONE – THE BALLAD OF HOLLIS BROWN

This is another song where the subject kills himself at the end but for a different reason,he has no hope and he’s watching his children die before his eyes of starvation. Nina Simone rules and i want to take this second to encourage everyone to explore the wealth of music online instead of just listening to the same crap song on the radio that you don’t even like for no reason other than you are a victim of boredom and to lazy to care.

LEONARD COHEN – THE PARTISAN

Speaking of fighting back – here is the great Leonard Cohen live on french tv 1969.this song is amazing and every time some french person tells me that you can’t sing in french beautifully i think to myself  « what a lazy fucking asshole you are…fight for your culture ». This song makes me want to keep trying to write better more meaningful music.

JACQUES BREL – NE ME QUITTE PAS

Need i say anymore ? Legend and one of my favourite songs.

I could have chosen any number of styles or artists to talk about but i liked these tracks because they were live television…please keep in mind that i love the music of many nations and time periods and of all styles. To me, this is truly a psychedelic perspective on art and on life,  enjoy.

PLAYLIST #14 Burnt Ones

Cette semaine c’est un peu une playlist découverte que je vous offre. Burnt Ones est un groupe de rock américain composé de Mark, Amy, Brian et Landon que j’ai découvert il y a peu. J’en ai donc profité pour leur demander ce qu’il écoutaient ce moment et ils ont gentiment acceptés. Voici donc leur playlist.

© Dirty Dirtweed
© Dirty Dirtweed

CAN – I WANT MORE

Can’s fantastic disco cut, really incredible and very different from their more well-known work.

HOLY WAVE – DO YOU FEEL IT?

The entire new Holy Wave record, Relax, is really superb; it’s hard to pick just one song from it.

RAW MCCARTNEY – ALL THE LINES

We just toured the US with this band. They are our good friends/sound brothers from Indiana and they are going to put out a ton of good music.

ROBERT FRIPP – THE THIRD

His is from a bootleg called « Pleasures in Pieces », that is just an audience recording of Robert Fripp’s first solo performance using his Frippertronics tape looping system. It’s 11 minutes long, but I could listen to this forever.

SPECTRUM – I KNOW THET SAY

Probably one of the prettiest songs ever; Pete Kember is out of this world.

PLAYLIST #13 Aline

 

© DR
© DR

Cette semaine c’est au tour de Romain du groupe Aline de nous proposer sa playlist. Ils nous ont fait danser, rêver avec leur album Regarde Le Ciel. Vous les avez peut être connu sous le nom de Young Michelin mais retenez bien leur nom car croyez moi comme le dit Christophe dans sa chanson, on a pas fini de le crier.

ELVIS PRESLEY – SUSPICIOUS MINDS

Ma chanson préférée du King. Il la chante comme un dieu. C’est le genre de morceau qui avance, tout le temps, la mélodie et les backs vocaux me fendent le coeur en 6 morceaux. A la reprise, après le pont « Soul » je décolle.

JOHNNY HALLIDAY – J’AI OUBLIE DE VIVRE

Notre Elvis à nous…Dans un registre « country » bien pompé sur le « Everybody’s talkin » de Harry Nilsson ( mais on pardonne aux compositeurs). Là aussi ça chante très bien, texte, musique et arrangement au top, cette chanson lui va tellement comme un gant, c’est un très bon interprète qui mérite qu’on lui écrive de vraies bonnes chansons.

MORRISSEY – THERE IS A PLACE IN HELL FOR ME AND MY FRIENDS

Ballade au piano, définitivement triste, sorte de requiem tiré de l’album  » Kill Uncle ». Parfaite bande son pour l’ enterrement d’un copain.

YVES SIMON – J’T’IMAGINE

J’aime les chansons de Yves Simon, c’est pas un grand chanteur, mais moi non plus. Toute la chanson est contenue dans son titre, une idée simple. On l’imagine bien imaginer cette femme qui l’obsède. On rentre dedans, c’est un morceau absorbant.

PIERRE VASSILIU – DANS MA MAISON D’AMOUR

Cette chanson de vieux briscard libertaire et son refrain gnan gnan me fait pleurer à chaque fois. Et en prenant de l’âge ce n’est pas prêt de s’arrêter… Une certaine idée de l’existence résumée en 3 minutes et 50 secondes.

PLAYLIST #12 Carbon Airways

© Vivien Lavau
© Vivien Lavau

Cette semaine ce sont les Carbon Airways qui nous offrent leur playlist. Frère et soeur à peine majeurs, Enguérand et Éléonore se sont déjà forgés un nom à côté de grands artistes de la musique electronique et ont de sorti leur nouvel EP You Walk Away en avril dernier. Ils ont accepté de partager cinq titres qu’ils aiment, pour vous. 

DOLOMITE MINOR – LET ME GO

SEVEN LIONS – SERPENT OF OLD

MAELSTROM – TANK DIVING

MIGHTYFOOLS – GO

ATARI TEENAGE RIOT – RESET

PLAYLIST #11 Von Pariahs

Cette semaine direction Nantes puisque c’est de cette ville que nous provient la onzième playlist du blog. Il s’agit de Von Pariahs. Les six membres du groupe ont accepté de se prêter au jeu. Voici leur playlist.

© DR
© DR

UV RACE – RAW BALLS

Le clip est débile mais ça défonce!

TOTAL SLACKER – SOMETIMES YOU GOTTA DIE

Son grungy shoegaze garage indie pop, à la cool.

YUPPIES – A RIDE

Parce qu’on aime le punk et la no-wave anarchique et la route on en mange toutes les semaines.

THE AMAZING SNAKEHEADS – FLATLINING

En deux mots: sueur et couilles

BAZOOKA – SHAME TAKE MY BRAIN

Garage grec sauce blanche

THE WAVE PICTURES – THE AIRPLANES AT BRESCIA

Un groupe talentueux un peu tombé dans l’oubli, cette chanson est un tube.

PLAYLIST #10 Moodoïd

© DR
© DR

Cette semaine c’est le groupe parisien Moodoïd composé de Pablo, Clémence et les deux Lucie qui ont l’honneur d’être déjà la dixième groupe à nous proposer sa playlist pour notre blog. Pablo a donc choisi pour vous cinq chansons, les voici.

VELVET UNDERGROUND – VENUS IN FURS

J’adore cette chanson par laquelle j’ai découvert les Velvet. Nous travaillons actuellement sur une reprise.

PAUL WILLIAMS – SOMEDAY MAN

J’ai découvert cette chanson après le film « phantom of the paradise » qui est un de mes films préféré. Paul Williams est un génie pop. Cette ligne de basse est coool.

CONNAN MOCKASIN – DO I MAKE YOU FEEL SHY

Je viens tout juste de voir ce clip. Il est très simple et il fait du bien. Connan est une de ces rares personnes que l’on peut regarder des heures sans ne jamais s’ennuyer.

HYPERCLEAN – O MA CHERIE

C’est avec Hyperclean que j’ai commencé à faire de la musique. J’étais fan quand j’étais ado et j’ai fini par jouer avec eux quand j’avais 18ans. C’était un petit rêve exaucé. 

RAMONA LISA – ARCADIA

Le nouveau projet solo de Caroline Polachek dont je suis assez admiratif. il me tarde d’entendre la suite.